L'évolution des Bumpers

Répondre
Avatar du membre
yann
Site Admin
Dept: 38
Collec Perso: 0 flip
Rech/Achete: 0 flip
aimable donateur
Messages : 4767
Enregistré le : mar. 01 10, 2002 17:59
Niveau : Confirmé
Pro / revendeur : non
Localisation : Grenoble
Contact :

Message par yann » sam. 10 07, 2004 21:14

<p> Quel a été l'élément du plateau qui a donné le plus de points par action au
cours de l'histoire du flipper ? Je pense que l'on peut dire qu'il s'agit bien du Bumper.</p>

<p> Cet élément a été présenté sous plusieurs formes depuis que les
dessinateurs de Bally l'inventèrent dans le milieu des années 30, mais il présentait
surtout l'avantage de faire augmenter le score en augmentant considérablement la
mobilité de la bille sur le plateau.</p>

<p> Ce document présente son évolution depuis le milieu des années trente, où il
fit son apparition, jusqu'aux bumpers électroniques d'aujourd'hui.</p>

<p> </p>

<h2>L’avant Bumper</h2>

<p>Les premiers flippers (pin-ball) n’utilisaient qu’un seul élément de
comptage du score, le trou, dans lequel la bille tombait et donnait le nombre de points
indiqués sur ce trou.</p>

<p> La seule action que la bille pouvait effectuer, autre que descendre le plateau de
haut en bas, était de rebondir sur les aiguilles ou clous (pin) qui ornaient le plateau
des premiers «flippers» et qui furent ensuite peu à peu abandonnés.</p>

<p> Un peu plus tard, les jeux utilisèrent des mécanismes divers, comme les fameux
WOLD SERIES et le JIGSAW (chez Rockola), qui ajoutaient, mais peu, d'action à la partie.</p>

<p> C'est alors que Harry Williams révolutionna le design des plateaux de flippers
avec son electric-ball-kicker, le précurseur du (moderne) trou éjecteur.</p>

<p> Tandis que le trou éjecteur n'avait pas grand succès (pas avant les années
40), Harry eut l'idée d'utiliser les bobines électromagnétiques pour apporter plus
d'action aux jeux.</p>

<p>Plusieurs jeux commencèrent à apparaître avec différents trous éjecteurs, souvent
appelé "'guns"' ou 'canons' sur les plateaux.</p>

<p>La plupart d'entre eux propulsaient la bille vers le haut du plateau, de façon
verticale par rapport à la position du trou, comme dans le CONTACT.</p>

<p>Fin 1936 eut lieu une deuxième révolution dans la composition des plateaux de
flippers qui sembla obsolète durant les années suivantes. </p>

<p>En décembre 1936, Bally fut le premier à présenter le bumper lors de la sortie d'un
nouveau jeu appelé BUMPER comprenant un nouvel élément, marquant des points.</p>

<p>Cet élément fut appelé comme le jeu : bumper.</p>

<p> Les publicités de Bally annonçaient en grosses lettres "'no pins, no
pockets"' pour bien marquer la différence avec les flippers "'d'avant"' qui
étaient constitués de trous (pockets) pour le score et le clou (pins) pour dévier la
bille.</p>

<p> Une bille qui descendait le plateau pouvait maintenant être littéralement
renvoyée par le bumper avec bien plus de puissance que n'importe quel rebond sur une
aiguille.</p>

<p> Un nouvel accessoire, autre que le bumper, fut proposé par Bally sur le BUMPER.</p>

<p>C'était le projecteur du score (projector score totalizer) qui indiquait quel score
appartenait au joueur en cours, en projetant un chiffre sur une partie dépolie de la
glace.</p>

<p>Ce système devint vite une méthode d'indication de score pour plusieurs années à
venir, ainsi qu'une méthode pour afficher le nombre ou le chiffre à avoir pour la
loterie.</p>

<p> La première forme de bumper était de conception très simple : le bumper était
réalisé à l'aide d'une spirale de métal (ressort), dont le sommet redescendait se
fixer dans le plateau. La partie basse de cette spirale était recourbée vers
l'intérieur d'un anneau de carbone enfoncé dans le plateau.</p>

<p>Quand la bille venait frapper ce bumper, deux actions se produisaient alors :</p>

<p>D'abord la bille était renvoyée par le ressort du bumper, et le mouvement de celui-ci
créait un contact avec l'anneau de carbone. Ce contact électrique permettait d'augmenter
le score indiqué par le "'score projector"'</p>

<p> Bally a littéralement révolutionné l'industrie du flipper. Ce constructeur a
apporté un nouvel élément permettant d'augmenter le score (le bumper), qui allait
changer la présentation de tous les nouveaux flippers. Et il a apporté aussi le
totaliseur de score (projector) qui allait devenir, pour plusieurs années à venir, l'un
des deux systèmes permettant de conserver le score</p>

<p> </p>

<h2>Des Bumpers à la folie</h2>

<p>Seulement quelques mois plus tard, d'autres constructeurs commencèrent à utiliser le
nouveau système de Bally. En mars 1937, la moitié des publicités pour les nouveaux
flippers annonçaient des flippers équipés de bumpers. En avril de la même année, seule
une machine sans bumper était présente dans les publicités. Les bumpers furent très
rapidement le cheval de bataille du monde du flipper.</p>

<p> A chaque contact, les bumpers incrémentaient le compteur d'une unité. Ce
principe fut utilisé pour plusieurs flippers ayant comme thème le base-ball, car chaque
contact pouvait être considéré comme le passage sur une base. Pendant cette période,
allant de mars à mai 1937, pas moins de 4 flippers sortirent sur le thème du base-ball :
BOOSTER de Bally, BASEBALL de Daval, SCOREBOARD de Gottlieb, et le BATTER UP de Genco. De
cette façon, commença la grande série des flippers sur le base-ball qui continua
jusqu'à nos jours.</p>

<p> Le RICOCHET de chez Stoner, (un des premiers jeux à bumpers), utilisait des
bumpers de différentes couleurs pour faire avancer des chevaux illuminés.</p>

<p>Le RUNNING, de Genco, utilisait des bumpers pour augmenter le score, affiché par des
numéros illuminés sur la glace.</p>

<p>Ce principe de score tendait à remplacer le projector totalizer.</p>

<p>Gottlieb utilisa les bumpers et le système du "'projector"' (appelé
"'flashograph"' par Gottlieb) en mai 1937 sur le 21 (flipper électrique) qui
proposait un thème du black-jack. A chaque début de partie, un nombre éclairé sur la
vitre, indiquait le score à battre.</p>

<p>La bille jouée faisait avancer le score, et le joueur devait alors essayer de gagner
assez de points pour battre le score affiché (donc non supérieur à 21 sur ce jeu).</p>

<p>Ainsi l'introduction des bumpers et du "'score totaliser"' ont offert de
nombreuses possibilités aux constructeurs.</p>

<p>L'apparition des bumpers n'a pas seulement changé la face des plateaux, elle a aussi
sonné le glas des "'ball-kickers"' et autre "'canons"'. Ce fut ainsi
jusqu'en fin 1941 où les "'ball kickout holes"' (inventé par Harry Williams en
1934) refirent leur apparition. La cause d'une si longue absence était la fabuleuse
popularité des bumpers.</p>

<p>Les bumpers de type ressort furent utilisés de 1937 à 1940. Pendant cette période
plusieurs modifications intervinrent sur la taille, la forme, l'épaisseur du ressort ; la
lumière fut ajoutée. Le ressort de la plupart de ces bumpers était taillé à partir
d'une pièce de forme cylindrique, comme les bumpers du BUMPER. D'autres avaient leur
ressort plus large à l'extérieur qu'à l'intérieur. Ce type de bumper avait
généralement une partie basse en forme d'anneau, qui entourait une petite pointe qui
sortait du plateau. Ces deux parties créaient un contact électrique.</p>

<p>Le dessus (caps) des premiers bumpers était de métal peint, souvent avec un capuchon
chromé, pour le maintenir au-dessus du centre du bumper. Après les couvercles étaient
faits en plastique de couleur vive, certains avec un nombre peint. Des bumpers à ressort
apparurent sous deux tailles différentes : il y eut des petits bumpers (1 pouce de
diamètre, 2.5 cm) et des plus gros, aux alentours de 2 pouces (5 cm)</p>

<p>Ces bumpers pouvaient être éclairés aussi pour indiquer quand le bumper donnait un
score supérieur à la normale. Les premiers éclairages de bumper étaient réalisés
avec une simple ampoule nue, dont le dessus dépassait du plateau, mais située sous le
ressort du bumper.</p>

<p>Le VARIETY de Bally (1939) avait un tube en plastique coloré au centre de chaque
bumper. Une ampoule placée à l'intérieur l'éclairait entièrement.</p>

<p> </p>

<h2>Les autres premiers bumpers </h2>

<p>Pendant ces années (1937-1940), plusieurs nouveaux types de bumpers apparurent. Ces
modèles ne duraient que peu de temps ou n'étaient utilisés que pour un ou deux jeux,
mais même avec leur durée de vie très courte, ils font partie de l'histoire du bumper.</p>

<p>Début 1939, Exhibit sortit peu de modèles attractifs, qui étaient appelés bumper
"'wonder star"'. Le dessus de ces bumpers était en forme d'étoile à 5 branches
et pouvait être éclairé. Ces bumpers ressemblaient à des guirlandes de Noël (dans
leur forme d'étoile) et étaient très appréciés à l'époque. Deux de ces bumpers
furent utilisés sur de CONTACT d'Exhibit (1939), et sur l'AVALON quelques mois plus tard,
où ils étaient les uniques éléments du plateau. Ils ont du être utilisés sur
d'autres jeux mais je n'en ai pas la certitude. Quoi qu'il en soit, ces bumpers, uniques,
qui furent très populaires restent très rares.</p>

<p>Une autre forme de bumper, qui fut utilisée à la fois par Exhibit et Bally, était
faite d'une partie centrale en plastique, entourée d'un anneau de caoutchouc. A la base
de ce bumper, se trouvait une sorte de jupe circulaire sur laquelle la bille pouvait
rouler et le mouvement de cette jupe créait un contact électrique. Les exemples
d'applications sont les suivants : GOLDEN GATE, REBOUND et le CONQUEST d'Exhibit (fin
1939) et les ROLLER DERBY, VOGUE, WHITE SAILS de Bally.</p>

<p>Quelques flippers furent construits avec un plateau en métal et les bumpers avaient
des jupes de métal, et le contact électrique se faisait par le plateau lui-même. Cette
technique utilisée par Bally sur un jeu appelé MERCURY (1937) et par Mills Novelty sur
leur célèbre 1-2-3, avait l'inconvénient de ne pouvoir recevoir la décoration
habituelle du plateau.</p>

<p>Le dernier modèle de bumper est celui en forme de cloche utilisée par Genco sur leur
METRO (1940). Ces bumpers de plastique était de la forme d'une cloche dans laquelle
était vissée une tige de façon à ce qu'une bille heurtant le bas du bumper fasse
osciller cette tige et crée un contact électrique.</p>

<p>Une lampe placée sous ces bumpers indiquait un changement de score. Ces bumpers
étaient très populaires, surtout quand ils étaient allumés et représentaient le
travail de la compagnie Bally à améliorer le bumper à ressort.</p>

<p> </p>

<h2>L'âge du bumper en plastique moulé.</h2>

<p> Vers le milieu de l'année 1941, les bumpers précédemment cités furent
remplacés par un nouveau type de bumper qui allait devenir le bumper standard pour plus
d'une décennie.</p>

<p>Ce nouveau type de bumper était fait d'un corps en plastique moulé, avec un anneau de
caoutchouc, (comme ceux créés par Exhibit et Bally) ; la jupe de plastique (permettant
un contact électrique) était plus large.</p>

<p>Ces bumpers étaient, pour la plupart, éclairé par une ampoule et avaient un
couvercle de plastique sur lequel se trouvait un nombre de point, souvent le nombre de
points quand il était allumé ou une lettre ou un nombre correspondant à un mot ou une
série à réaliser.</p>

<p>Pendant cette période où tous les bumpers étaient ronds, il y eut, fin des années
40, quelques jeux utilisant des bumpers en forme de diamant.</p>

<p>Jusqu'à l'apparition du bumper électrique en 1948, ce fut le seul modèle de bumper
utilisé sur les plateaux. Et même après 1948, ces bumpers furent encore utilisés.</p>

<p>Un système similaire est encore utilisé de nos jours sur quelques flippers
électroniques.</p>

<p> </p>

<h2>Les bumpers électriques</h2>

<p>La dernière évolution des bumpers apparut fin 1948. Les flips étaient vieux d'à
peine un an, quand un nouveau type de bumper donna un nouvel élan à l'industrie du
flipper.</p>

<p>Ce nouveau type de bumper fut le bumper électrique, qui fut appelé : "'Pop
bumper"' ; "'Thumper Bumper"' et "'Power bumper"'.</p>

<p>En octobre 1948, deux jeux sortirent, tous deux équipés de bumper électrique, mais
avec quelques différences :</p>

<p> </p>

<p>Le SARATOGA de Williams utilisait une version modifiée du bumper en plastique avec en
plus le mécanisme électrique. Ce système, qui devint le standard de l'époque, avait
donc une partie circulaire et inclinée en métal qui était maintenue par un ressort sous
le couvercle du bumper.</p>

<p>Cet anneau de métal était relié par son centre au noyau d'une bobine électrique. </p>

<p>Quand la bille roulait sur la jupe du bumper, un contact électrique fermait un relais
de contrôle qui augmentait le score, et surtout électrifiait la bobine du bumper. Ainsi
la bille était renvoyée par la descente très rapide de l'anneau de métal.</p>

<p>Ce système avait la particularité de renvoyer la bille avec un peu plus de puissance
que celle avec laquelle elle arrivait : si la bille arrivait doucement, elle n'avait pas
le temps de s'enfoncer beaucoup sous l'anneau de métal. Ce dernier descendant,
n'appliquait qu'une petite surface au renvoi de la bille. La bille repartait plus
rapidement, mais sans plus.</p>

<p>Si la bille arrivait vite, elle avait le temps de venir très près du centre du bumper
; alors l'action de l'anneau était plus longue et la bille repartait très rapidement</p>

<p> Au cours du même mois, Exhibit sortit un autre jeu appelé CONTACT. Celui-ci et
les quelques suivants utilisaient une forme différente de bumper qui avait été déjà
vu sur deux ou trois jeux d'avant guerre, mais non conservée jusque là.</p>

<p>Ce type de bumper était appelé : "'Exploding Spring Bumper"'. La partie
mobile de ce bumper était faite d'un ressort à bande en forme de sphère. Le sommet de
ce ressort pouvait être appuyé vers le bas par un système à bobine. Quand le bumper
était actionné, le ressort se voyait écrasé et son diamètre augmenté. C'est ainsi
que ce type de bumper renvoyait la bille.</p>

<p>Ce type de bumper ne fut pas conservé très longtemps, en fait le système de bumpers
présenté sur le SARATOGA, fut conservé et il est pratiquement identique aux bumpers
utilisés de nos jours sur les flippers électroniques.</p>

<p> Il y eut, enfin, une dernière forme de bumpers vers les années 1970. Elle fut
inventée par la firme Bally, et appelée "'Mushroom Bumper"'. Ce n'était pas un
bumper électrique (pas d'action sur la bille), il ne servait qu'à comptabiliser le
score. Le sommet de ces bumpers avait une forme de champignon que la bille soulevait en
rebondissant dessus. Ce mouvement permettait de générer un contact électrique
permettant de gagner des points.</p>

Répondre